Déchets d’équipements électriques et électroniques  (DEEE) // Les députés européens approuvent des règles plus strictes pour les DEEE et condamnent leur exportation illégale

Communiqué de presse de Michele Rivasi // Strasbourg, le 19 janvier 2012

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui le compromis législatif final (1) qui révise les règles sur les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Les Verts sont satisfaits du renforcement des règles existantes mais regrettent toutefois que la révision n’aille pas plus loin.

A l’issue du vote,  Michèle RIVASI (Verts/ALE) membre de la commission de l’environnement et de la santé a déclaré :
« il devenait particulièrement urgent d’agir au niveau des exportations illégales de ces déchets dans les pays non membres de l’OCDE. Par exemple, environ 500 containers de DEEE en provenance de l’Europe débarquent chaque mois dans le port nigérian de Lagos. Le pays d’Afrique en abriterait aujourd’hui des millions de tonnes, c’est intolérable que ces pays soient les poubelles de l’occident!

Les nouvelles règles représentent un pas en avant pour l’environnement, mais aussi pour l’économie européenne : une meilleure collecte et un meilleur recyclage de ces composés électriques et électroniques vont nous permettre d’améliorer l’utilisation efficace des ressources.

Les Verts sont pour l’augmentation des objectifs de collecte mais restent persuadés qu’une application plus rapide dans le temps de ces règles aurait été bien plus bénéfique pour l’environnement et l’économie (2). Le groupe regrette que n’aient pas été inclus dans le texte ni les objectifs de réutilisation séparée, ni les objectifs de recyclage basés sur ce qui est réellement recyclé. La porte reste toutefois ouverte sur ces questions.

Je me réjouis enfin pour les consommateurs, car les gros distributeurs seront désormais obligés de reprendre les petits objets électriques / électroniques comme les ampoules ou les téléphones mobiles, même sans acheter un nouvel équipement en retour. Cela permettra d’éviter qu’ils se retrouvent mélangés aux déchets ménagers. Mais c’est dommage que cette nouvelle obligation ne s’applique qu’aux grands distributeurs… » estime l’eurodéputée.

(1) Accord de deuxième lecture sur la refonte de la directive sur les DEEE – Rapport Florenz .
(2) Endéans les 7 ans de l’entrée en vigueur des règles, au moins 85% des déchets qui sont produits chaque année, ou 65% de ce qui a été mis sur le marché au cours des trois années précédentes, doit être collecté et correctement traité.

Remonter