LE SCANDALEUX VETO DU GOUVERNEMENT AU FOND D’INDEMNISATION DES VICTIMES DES PESTICIDES // Communiqué // 17 mai 2018
Partager

La proposition de loi portant création d’un fonds d’indemnisation des victimes des pesticides avait été voté sans difficulté au Sénat en février mais risque de se fracasser devant l’Assemblée nationale suite aux pressions gouvernementales pour ne pas le voir voter.

Ce texte vise à obtenir la réparation intégrale des préjudices de toutes les personnes exposées aux pesticides (qu’elles soient ou non issues du monde agricole) et faire peser sur les firmes qui les mettent sur le marché le financement d’une partie des coûts de l’indemnisation ce qui est bien normal et la stricte application du principe pollueur / payeur.

Ce dispositif s’inspire des fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (Fiva) et du comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires.

Or, le gouvernement dit, dans une manoeuvre de diversion qui ne dupe personne, préférer financer la recherche et élargir le nombre des maladies inscrites au tableau professionnel.

Je suis d’ailleurs scandalisée par les propos de notre Ministre de la Santé Agnès Buzyn qui a affirmé que « nos connaissances sont insuffisantes sur les effets de ces produits ». Nous sommes dans le négationnisme scientifique absolu. En effet, les preuves dans le monde entier se sont accumulées depuis des années, y compris en provenance de l’Inserm.

L’influence du lobby des empoisonneurs a encore frappé alors que pour la première fois il y a une possibilité de faire reconnaître qu’il existe un lien entre l’exposition aux pesticides et des atteintes graves à la santé et que c’est aux fabricants de ces poisons d’indemniser les victimes.

Ce combat mené notamment par Phyto-victimes et Justice pesticides démontre une nouvelle fois le poids des lobbies industriels dans notre pays et légitime la « convergence des luttes » pour la santé environnementale entamée avec la marche des cobayes qui demande en premier lieu la reconnaissance du crime industriel et environnemental et l’inversion de la charge de la preuve pour les victimes. Paul François de Phyto-victimes sera d’ailleurs présent le 29 juin sur l’étape de Montreuil de la Marche.

http://marchedescobayes.org/

Je demande à Nicolas Hulot, qui a remit la légion d’honneur à Paul François, de réagir au plus vite et d’alimenter sa collègue Ministre sur la littérature dénonçant les ravages des pesticides sur la biodiversité et la santé de nos concitoyens.

Michele Rivasi, députée européenne EELV