Noir, c’est noir ! // Tribune pour le magazine municipal // Septembre 2019
Partager

Beaucoup de réfections de chaussées ont eu lieu cet été à Saint-Étienne … Le choix de l’équipe dirigeante de la ville a été, une nouvelle fois, pour des goudrons très sombres (qui gardent et augmentent la chaleur en ville).

Les élus écologistes regrettent ce choix de teinte, notamment sur des places publiques. 

Le dérèglement climatique est là, le temps de l’été nous l’a cruellement rappelé. Les villes doivent développer tous les moyens de rafraichissement possibles pour les périodes de canicules. L’isolation des bâtiments devient de plus en plus nécessaire pour économiser l’énergie du chauffage mais aussi pour limiter la chaleur en été. Les arbres d’alignement doivent être replantés en plus grand nombre. Et les revêtements de sols qui diffusent trop de chaleur doivent être revus pour des goudrons, pierres, ciments plus clairs et moins réchauffant.

Pour les places c’est encore plus important, car elles accueillent souvent les terrasses des restaurants et des cafés et sont très sujettes à ces hausses de température.

La lutte contre le dérèglement climatique nécessite un ambitieux plan écologique mondial qui va du développement d’une alimentation plus locale aux économies des déchets en passant par leur tri. Mais nous savons tous, dorénavant, qu’il va aussi falloir nous adapter. En ville, il nous faudra créer des îlots de fraicheurs, des murs de verdure et tout faire pour baisser les températures estivales.

Ecologiquement, il faudrait aussi voir plus loin et, ce même au niveau local, en affirmant nettement nos désaccords avec des traités comme le CETA. Les élus écologistes ont demandé à Monsieur le Maire de le faire, cela nous a été refusé. Le Maire est donc d’accord pour la destruction de notre cadre de vie social, alimentaire, agronomique et environnemental.

Olivier Longeon et Stéphanie Moreau, Conseillers municipaux écologistes de St-Etienne

Une réflexion au sujet de “Noir, c’est noir ! // Tribune pour le magazine municipal // Septembre 2019

  1. La palette de couleurs de l’immédiat chalutage des voix n’est évidemment pas en harmonie avec la palette de l’urgence écologique…

Les commentaires sont fermés.